Rechercher

Les 4 hormones du "bonheur"





Les 4 hormones du “bonheur” : leurs effets

Les hormones humaines du bonheur ont pour objectif d’augmenter nos chances de survie. Ces hormones sont dites “du bonheur” parce qu’elles sont accompagnées de sensations et d’émotions agréables.


§ la dopamine

§ les endorphines

§ l’ocytocine

§ la sérotonine


1.La dopamine : l’hormone de la réussite et de la récompense

Les effets de la dopamine:

La dopamine permet libérer de l’énergie lorsque nous sommes sur le point de satisfaire un besoin vital.

La dopamine a un double rôle.

Non seulement elle provoque une sensation agréable grâce à la libération d’énergie, mais elle permet aussi de stocker l’information qui mène de nouveau à cette sensation agréable dans le futur.

C’est l’espoir d’une récompense  est à l’origine de la libération de dopamine

Lorsque la récompense est là la dopamine, neutralise sur le moment, tous les effets négatifs liés aux hormones de la détresse (comme le cortisol, hormone du stress).


2.Endorphines : hormone anti douleur

Les effets des endorphines:

L’endorphine masque la douleur pendant un court moment, ce qui contribue à la survie.

Hormone bien connue des sportifs elle permet de pousser le corps a bout d'aller au delà des limites physiques et mentales.


3.Ocytocine : l’hormone du lien, de la confiance et de l’amour

Les effets de l’ocytocine:

Quand nous ressentons un sentiment positif envers quelqu’un, c’est notre ocytocine qui le provoque.

La confiance sociale augmente les perspectives de survie, et nous apporte le bien-être par la même occasion. Le cerveau vous pousse à tisser des liens sociaux en les récompensant avec des sensations agréables, ce qui permet de contribuer à la survie.

L’ocytocine intervient à d’autres moments de la vie humaine : la naissance et les relations d’amour (notamment à travers le toucher). Quand une mammifère femelle (femmes ou animaux) mettent bas, l'ocytocine afflue. Elle facilite le travail de l’accouchement et la lactation. La jeune mère à établit une constante surveillance de son nouveau-né. Le niveau d’ocytocine augmente également dans le cerveau du nouveau-né pour assurer un attachement solide (synonyme de survie).

L’attachement est inhérent à l’état de mammifère ( humains et animaux) Chaque sécrétion d’ocytocine relie tous les neurones qui sont activés à ce moment-là.

Nous associons cette sensation de bien-être à ceux qui nous entourent, et l’attachement se crée.


4.Sérotonine : l’hormone du respect et de la prédominance sociale

Les effets de la sérotonine:

La sérotonine s’apparente au sentiment de paix ressenti lorsque nous nous trouvons en sécurité pour nous nourrir ou obtenir d’autres ressources nécessaires à la survie (trouver une compagne ou un compagnon entre autres).

Quand les autres nous respectent nous sommes en situation de domination nous sommes assurés d’avoir les ressources indispensables à la survie. Cette sensation agréable pousse les mammifères à rechercher encore plus le respect, en lien avec la prédominance sociale.

Notre cerveau récompense la prédominance sociale avec de la sérotonine (et donc les émotions et les sensations agréables).

Notre cerveau cherche constamment des moyens d’acquérir plus de sérotonine (respect avec prédominance) sans pour autant perdre de l’ocytocine (lien social et confiance) ,

ou augmenter le taux de cortisol (hormone du stress), risque d’exclusion du groupe d'appartenance ou de la place dans le groupe).


5.Les hormones de détresse ont également un rôle

On ne peut pas dissocier hormones du bonheur et les hormones de détresse, émotions agréables et émotions désagréables.

Les hormones de détresse (dont la principale est le cortisol, mais aussi l'adrénaline nous rendent capables d’éviter les menaces à notre survie.  Notre cerveau libère du cortisol lorsque quelque chose lui paraît menaçant et le cortisol fait circuler les informations d’urgence sans passer par la réflexion.

Les sensations désagréables sont causées par les menaces perçues (qu’elles soient réelles ou imaginaires). Le fait de prendre en compte ces sensations désagréables comme des signaux d’alerte contribue à notre survie. Le cortisol fait son “travail” en nous motivant à faire tout notre possible pour nous débarrasser des sensations désagréables.

Accepter les sentiments désagréables que vous éprouvez vous permettra de mieux vous connaitre. Vous finirez par être malheureux de vous sentir malheureux si vous n’acceptez pas votre propre système d’alarme personnel.


La Sophrologie peut vous aider à mieux vous connaitre et et à gérer vos émotions, mais aussi avec des exercices simples de respiration vous pourrez permettre à votre cerveau de libérer "les 4 hormones du bonheur".