Rechercher

21 janvier 2020 Journée Internationale des câlins....

Lutter contre la déprime et les virus

Le démonstratif, ou le discret amateur de câlins, serait moins sujet à la déprime, aux rhumes sévères et à la grippe. Le câlin contribue à la production de l’ocytocine, hormone-clé de notre bien-être qualifiée de « nectar de guérison ».

« Elle est à l’amour et à l’attachement ce que l’adrénaline est au stress et à l’agressivité ».

Le toucher si particulier du câlin accroît les capacités de défense de l’organisme et relance globalement l’ensemble des fonctions du corps mais, plus profondément encore, il reconnecte au sentiment de bien-être parce qu’il relie l’individu à lui-même, aux autres et à la réalité de son environnement. ». Il semblerait bien que le lien social induit dans les câlins contribue, à lui seul, à booster le système immunitaire,« un câlin par jour devrait suffire pour traverser l’hiver ! ».😉


Alléger son anxiété, et un peu son porte-monnaie

Le phénomène des « free hugs » (ou « étreintes gratuites »), qui consiste en une invitation à une accolade dans un lieu public, s’est propagé depuis sa première apparition en 2004. Cette thérapie gratuite a depuis été commercialisée, en tout bien tout honneur. Après les bars à chats, les bars à câlins ont fait leur apparition au Japon comme aux Etats-Unis. Samantha Hess propose, au sein de Cuddle Up To Me à Portland (Oregon), une carte de plus de 50 câlins, qu’elle facture un dollar (0,90 euro) par minute, « pour un résultat qui n’a pas de prix ».

Dans l’Hexagone, à Paris et Marseille, deux « câlinothérapeutes » et animateurs des Ateliers Câlin, organisent des sessions de 3 h 15 (25 euros) « pour étendre nos modes de communication au corps, la place de la tendresse dans notre quotidien et la réconciliation du masculin et du féminin ». Le fil conducteur ? « Oser proposer un geste tendre, oser recevoir de l’affection ».


Permettre d’exprimer son potentiel créatif

Deux designers, Margje Teeuwen et Erwin Zwiers, ont mis au point un luminaire conçu dans un matériau malléable et façonnable. Proplamp est à serrer dans ses bras : chaque câlin que la suspension reçoit lui donne forme et son caractère unique.


Communiquer sans dire un mot

Le câlin est un moyen de communication non verbal extrêmement puissant ».

« les câlins parlent une langue universelle (…) et valent mieux qu’un long discours ». Nul besoin de mots lorsque le corps prend le relais. « Le toucher est instinctif. Il est le vecteur de nos sentiments lorsque nous montrons que nous aimons, que nous sommes concernés par le bien-être de l’autre.

Dommage qu'à l'heure des réseaux sociaux et de l’hypercommunication virtuelle : le câlin, n’ai pas son émoticône. 😘😍👄💞